Skip to content

Ambigu Itu Apa Annotated Bibliography

1. Introduction

Choisir une carrière est l’une des nombreuses décisions que la plupart des gens prendront au cours de leur vie et, pour les jeunes, c’est une étape qui pose de nombreux défis. Les enjeux sont encore plus grands pour les filles puisque, pendant longtemps, leur choix a été fortement limité. Même si, en 2004-2005, le taux d’inscription des filles dans les universités canadiennes était de 57,7 % (Statistique Canada, 2006), des études indiquent qu’elles étaient peu présentes dans les domaines traditionnellement masculins comme les technologies, les mathématiques, l’informatique, les sciences et l’ingénierie (Collini, 2003 ; Deschênes, 2002 ; Foisy, Godin et Deschênes, 1999 ; Gaudet, 2005 ; Lee, 2001). Depuis quelques décennies, les recherches soulignent que la dimension sociale du choix de carrière, définie comme l’étude d’un ensemble de facteurs sociaux capables d’influencer la personne dans son choix de carrière, est un des éléments importants à considérer dans les études sur le développement de carrière (Blau, Parnes, Gustad, Jessor et Wilcock, 1956 ; Hotchkiss et Borow, 1996 ; Krumboltz, Mitchell et Jones, 1976). Plus récemment, Spain, Hamel et Bédard (1994) ainsi que Newhouse-Maiden (2002) ont placé la dimension relationnelle au coeur même de leurs recherches en étudiant la place des valeurs et des préoccupations des femmes dans leur choix de carrière.

Dans cet article, nous présentons les résultats d’une étude qualitative féministe sur les perceptions de conseillères et conseillers en orientation quant à leur pratique auprès des jeunes, et plus particulièrement auprès des filles, en ce qui a trait à l’accompagnement au choix de carrière. Après avoir précisé le but de l’étude, son importance, ses limites, le cadre conceptuel et les questions de recherche, nous décrivons les diverses étapes de la méthodologie, suivies des résultats, de la discussion et de la conclusion.

7. Discussion des résultats

Les résultats de cette étude exploratoire indiquent que la plupart des participants n’ont pas une conception informée des expériences singulières des filles (c’est-à-dire, d’une trajectoire particulière de vie qui caractérise leurs expériences) quand vient le temps pour elles de choisir une carrière. Nos données portent à croire que les conseillères et les conseillers en orientation du Nouveau-Brunswick francophone ont une compréhension limitée, et parfois absente, des expériences spécifiques des filles liées à des valeurs qui les caractérisent davantage. Selon Spain et ses collaboratrices (1998), la dimension relationnelle, la perspective globale de la trajectoire des femmes et le caractère imprévisible de leur carrière sont des éléments incontournables dans leur prise de décision professionnelle. Bien que les personnes rencontrées dans le cadre de cette étude reconnaissent la complexité de l’effet des facteurs environnementaux et familiaux sur les choix de carrière des jeunes, peu d’entre elles semblent pouvoir établir un lien entre les stéréotypes sexistes et leur impact sur les décisions des jeunes. Ce constat nous amène à nous poser la question suivante : Est-ce qu’une meilleure compréhension, par les conseillères et les conseillers en orientation, des divers facteurs d’influence, dont la présence des stéréotypes sexistes dans les choix de carrière des filles et des garçons pourrait améliorer leurs pratiques d’intervention auprès des jeunes ?

Par ailleurs, le modèle de Spain et de ses collaboratrices (1994) et d’autres modèles semblables (Astin, 1984 ; Newhouse-Maiden, 2002 ; Ward et Bezanson, 1991) semblent pratiquement inconnus des participants. La dimension relationnelle dans le choix de carrière des filles et des garçons est un élément qui nous paraît important à considérer lors de la formation des conseillères et des conseillers en orientation. Bien qu’elle joue un rôle majeur pour les deux sexes (Spain et collab., 2006), cette dimension relationnelle se conjugue au pluriel, et ses diverses composantes influencent différemment les priorités des filles et des garçons. Par exemple, lorsque les filles et les femmes prennent des décisions, elles accordent souvent la priorité à un projet de vie qui prend en compte la conciliation travail / famille. Les carrières et les professions susceptibles de les attirer ou celles qui touchent à leur avancement dans la profession comprendront donc cette dimension. Aussi, de nombreuses filles éprouvent le besoin de choisir une carrière qui leur permet d’établir une relation d’aide en fonction de considérations associées au rapport avec les autres, comme nous l’avons observé lors d’une étude réalisée auprès de jeunes filles francophones au Nouveau-Brunswick et en Ontario (Gaudet, Mujawamariya et Lapointe, 2008).

En ce qui a trait au deuxième principe du modèle de Spain et ses collaboratrices (1994), la perspective globale de la trajectoire des femmes, nous avons remarqué que les conseillères et les conseillers en orientation s’accordent pour dire que les femmes ont en général des préoccupations différentes des hommes, mais ces répondants ne semblent pas reconnaître l’impact de ces préoccupations particulières sur les choix de carrière. Les études sont presque unanimes à souligner l’importance que revêt la famille lorsque les filles prennent des décisions relatives à leurs projets de vie (Belenky et collab., 1986 ; Spain, Hamel et Bédard, 1991). Le caractère imprévisible de leur carrière exige qu’elles tiennent compte de cet élément. Il s’agit, par exemple, pour les filles et les femmes, de choisir des carrières et des professions qui sont perçues comme offrant des congés ou des vacances de longue durée afin de mieux répondre aux besoins de leur vie familiale. Ainsi, elles choisiront un emploi à temps partiel ou saisonnier pour ne pas avoir à se déplacer trop souvent, pour ne pas négliger les projets de vie en famille ou d’autres activités qui leur sont chères.

En ce qui a trait aux stéréotypes sexuels et sexistes, nos données indiquent que la situation ne semble pas avoir évolué dans le contexte étudié. Bien que la plupart des conseillères et des conseillers rencontrés reconnaissent l’urgence d’innover dans la profession afin de résoudre les problèmes d’orientation des jeunes, par exemple par le biais de l’approche de l’école orientante, aucune de ces personnes n’a mentionné que cette approche devrait tenir compte des préoccupations particulières des filles et des garçons. Pourtant, la plupart des répondants reconnaissent que leurs propres comportements et attitudes influencent leurs pratiques d’intervention, mais ils ne semblent pas faire de liens avec l’impact des comportements et attitudes sexistes sur les choix de carrière des filles. Leur objectif au travail est d’accomplir leurs tâches le plus efficacement possible. Les personnes interrogées soulignent également qu’elles n’ont pas toujours accès aux outils qui leur permettraient de remettre en question leurs a priori et d’examiner plus attentivement les questions d’équité et de justice sociale en orientation afin de comprendre la trajectoire particulière des filles et le lien entre celle-ci et la carrière qu’elles choisissent. À ce sujet, Ward et Bezanson (1991) soutiennent que l’éveil à l’analyse différenciée selon le genre rendrait les professionnelles et professionnels en orientation plus efficaces dans le soutien offert aux jeunes dans leur développement identitaire.

En lien avec la formation continue des conseillères et des conseillers en orientation, il apparaît nécessaire que les employeurs prévoient des ressources humaines et financières qui réponde à leurs besoins. Selon la majorité des personnes interviewées, ces ressources ne sont pas suffisantes et les formations offertes par les employeurs ne les rejoignent pas forcément. Bien que la plupart des participants reconnaissent la pertinence de mettre à jour leurs connaissances, aucun n’a mentionné l’importance d’obtenir une formation sur les questions d’équité et des rapports sociaux de sexe en éducation et dans le monde du travail. La majorité des participants ont l’impression d’agir avec égalité dans leur façon d’intervenir auprès des jeunes. Pour eux, traiter tout le monde également consiste à ne pas faire de différence dans leurs interventions. Or, Gaudet (1998) définit le principe d’équité en éducation comme une approche qui met l’accent sur l’égalité réelle plutôt que sur une égalité de traitement. Pour Gaudet, afin d’assurer l’équité dans la réussite, il importe de sélectionner les contenus d’apprentissage, les stratégies, les méthodes et toute autre intervention en éducation ; cela dans le but de tenir compte des besoins, des caractéristiques et des expériences de toutes les personnes en formation, et plus particulièrement des plus désavantagées du système. Cette définition s’applique à toute personne qui oeuvre dans le système d’éducation, y compris les conseillères et les conseillers en éducation, car […] le sexisme comme le racisme sont encore présents dans les environnements d’apprentissage, et les nombreux petits gestes qui peuvent apparaître comme anodins dans les pratiques peuvent s’avérer des situations fâcheuses du point de vue des étudiantes (1998, p. 31).

8. Conclusion

La présente étude permet d’éclairer plusieurs aspects liés à la profession de conseillère et conseiller en orientation. À partir des participants eux-mêmes, elle visait à comprendre le rôle que jouent les conseillères et les conseillers en orientation des écoles francophones du Nouveau-Brunswick et à saisir le sens qu’ils donnent à leurs interventions auprès des filles lors du processus de choix de carrière. Pour explorer cette problématique, nous avons identifié trois catégories de questions : la reconnaissance des tendances nouvelles dans leur profession, leur formation et leur développement professionnel, ainsi que leur niveau d’éveil face aux enjeux de genre. Des auteurs ont pu établir que le principe moteur du développement identitaire des filles et des femmes est fondé sur les rapports avec les autres, et selon Spain et ses collaboratrices (1998, p. 97), les cheminements de carrière des femmes ne sont pas forcément linéaires, façonnés comme ils le sont par l’importance qu’elles accordent à la dimension relationnelle dans leur vie. Par ailleurs, Spain et ses collaboratrices (2006) font remarquer que les choix effectués par les femmes et les hommes sont toujours ancrés dans leur histoire personnelle et qu’il […] serait vain de vouloir jouer un rôle auprès des hommes sans tenir compte de la singularité, de la complexité et de l’interaction des enjeux en cause (p. 442). Dans la présente recherche, notre intention n’était pas de minimiser l’importance d’intervenir efficacement auprès des garçons et des hommes dans leurs choix de carrière. Tout en reconnaissant la complémentarité qui existe entre les besoins des filles et des garçons, le but de cette étude était de comprendre plus particulièrement la complexité des divers enjeux de la profession d’accompagnateur en orientation et de saisir le sens que les témoins accordent à la question du genre.

Comme les conseillères et les conseillers en orientation jouent un rôle clé dans le choix de carrière des jeunes filles, à notre avis, une formation sur les enjeux du genre lors de l’accompagnement qu’ils offrent aux jeunes ne pourrait qu’enrichir leurs pratiques d’intervention. Une série d’études que nous avons menées ont montré qu’une formation sur le genre et les rôles sociaux selon le sexe offerte au personnel enseignant donne des résultats positifs (Gaudet, 2005 ; Gaudet et Lapointe, 2002 ; Newhouse-Maiden et Parker, 1997 ; Sadker, 2000). Une formation inspirée d’un modèle féministe ne permettrait-elle pas aux professionnelles et professionnels en orientation d’avoir une plus grande conscience des enjeux particuliers qui sous-tendent leurs interventions auprès des jeunes, et particulièrement des filles, et de mieux comprendre la complexité des éléments qui interviennent dans leurs choix de carrière ? Nous ne prétendons pas qu’une formation sur des questions de genre peut résoudre tous les problèmes en orientation de carrière, mais nous croyons qu’en étant mieux outillés, les intervenantes et intervenants peuvent aider les filles intéressées par des professions ou des carrières non traditionnelles à faire des choix plus éclairés. D’autres recherches ultérieures seront nécessaires afin de vérifier ce postulat.

Akers, J. (2013), “Making Markets: Think Tank Legislation and Private Property in Detroit”, Urban Geography, vol. 34, n°8, p. 1070-1095.

Bacqué, M-H. (2005), « Associations « communautaires » et gestion de la pauvreté. Les Community Development Corporations à Boston », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 5, n° 160, p. 46-65.

Beauregard, R. (2009), “Shrinking Cities in the United States in Historical Perspective: A Research Note”, in: Pallagst. K, et al., The Future of Shrinking Cities, p. 61-68.

Bernt, M. Haase, A. Grossmann, K. Cocks, M. Couch, C. Cortese, C. Krzysztofik, R. (2014), “How does(n’t) Urban Shrinkage get onto the Agenda? Experiences from Leipzig, Liverpool, Genoa and Bytom”, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 38, n°5, p. 1749-1766.

Brenner, N. (2004), New States Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, Oxford University Press.

Briche, H. (2014), « ‘A Drop In a Bucket’: La carrière du logement social dans une ville en crise. Le cas de Detroit”, Working Paper, accessible à : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article4157

Burns, G. (2014, 10 décembre), « Detroit Mayor Mike Duggan’s Mind Changed on hantz Woodlands Inner-City Urban Farm Project », MLive Michigan, accessible à: http://www.mlive.com/news/detroit/index.ssf/2014/12/hantz_woodlands_changes_mayor.html#incart_story_package

Clement, D. (2013), The Spatial Injustice of Crisis-Driven Neoliberal Urban Restructuring in Detroit, Thesis for the degree of Master of Arts, Miami, University of Miami.

Dewar, M. (2006), “Selling Tax-Reverted Land: Lessons from Cleveland and Detroit”, Journal of the American Planning Association, vol. 72, n°2, p.167-180.

Donald, B. Glasmeier, A. Gray, M. Lobao, L. (2014), “Austerity in the City: Economic Crisis and Urban Service Decline?”, Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, n° 7, p. 3-15.

Davidson, M. Ward, K. (2014), “‘Picking Up the Pieces’: Austerity Urbanism, California and Fiscal Crisis”, Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, n° 7, p. 81-97.

Deng, L. (2011), “Building Affordable Housing in Cities after Abandonment: The Case of Low-Income Housing Tax Credit Developments in Detroit”, CLOSUP Working Paper Series, n°31, Ann Arbor, University of Michigan.

Detroit Blight Removal Task Force (DBRTF). (2014), Every Neighborhood Has a Future… And It Doesn’t Include Blight, accessible à: http://report.timetoendblight.org/index.html

Eisinger, P. (1997), “Cities in the New Federal Order: Effects of Devolution”, The LaFollette Policy Report, vol. 8, n°1, p. 1-7.

Eisinger, P. (2000), “The Politics of Bread and Circuses: Building the City for the Visitor Class”, Urban Affairs Review, vol. 35, n° 3, p. 316-333.

Ferreti, C. (2015, 17 août), “Detroit Side Lot Sales Help Battle Blight”, The Detroit News, accessible à: http://www.detroitnews.com/story/news/local/detroit-city/2015/08/16/side-lots/31833677/

Florida, R. (2002), The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books.

Gallagher, J. (2014, 23 février), “Sugrue: Trickle-down Urbanism Won’t Work in Detroit”, The Detroit Free Press, accessible à: http://www.freep.com/article/20140223/OPINION05/302230041/Thomas-Sugrue-Gallagher-Detroit-bankruptcy-future-city.

Gallagher, J. (2015a, 13 janvier), “Duggan Backs Affordable Housing Goals for New Projects”, The Detroit Free Press, accessible à: http://www.freep.com/story/money/business/michigan/2015/01/13/duggan-midtown-gentrification/21691065/

Gallagher, J. (2015b, 20 mai), “By the Numbers: Detroit’s War on Blight”, The Detroit Free Press, accessible à: http://www.freep.com/story/money/business/michigan/2015/05/20/detroit-blight-duggan-vacant-urban/27639961/

Gallagher, J. (2015c, 20 mai), “Duggan: Lease Vacant Detroit Land for $25 a Year”, The Detroit Free Press, accessible à: http://www.freep.com/story/money/business/michigan/2015/05/20/duggan-detroit-vacancy-urban-land-blight/27638533/

Gilloti, T. Kildee, D. (2009), “Land Banks as Revitalization Tools: The Example of Genesee County and the City of Flint, Michigan”, in: Pallagst, K. et al., The Future of Shrinking Cities, p. 139-147.

Guillen, J. (2014, 4 février), “Detroit Red Wings’ New Stadium Land Transfer Approved by City Council”, The Detroit Free Press, accessible à: http://archive.freep.com/article/20140204/NEWS01/302040074/Detroit-council-votes-today-on-Red-Wings-arena-deal

Guillen, J. Reindl, J.C. (2014, 4 février), “Detroit Council Votes Today on Arena Deal; Ilitches to Get Land for $1”, The Detroit Free Press, accessible à: http://archive.freep.com/article/20140204/NEWS01/302040024/detroit-red-wings-new-stadium-deal-vote-today

Hackworth, J. (2014a) “The Limits to Market-Based Strategies for Addressing Land Abandonment in Shrinking American Cities”, Progress in Planning, vol. 90, p. 1-37.

Hackworth, J. (2014b), “Demolition as Urban Policy in the American Rust Belt”, Working Paper, accessible à: http://individual.utoronto.ca/hackworth/Demolition_WP.pdf

Hackworth, J. (2015), “Right-sizing as Spatial Austerity in the American Rust Belt”, Environment and Planning A, vol. 47, n°4, p. 766-782.

Hackworth, J. Nowakowski, K. (2015), “Using Market Based Policies to Address Market Collapse in the American Rust Belt: The Case of Land Abandonment in Toledo, Ohio”, Urban Geography, vol. 36, n°4, p. 528-549.

Harvey, D. (1989), “From Managerialism to Entrepreneurialism: The Transformation in Urban Governance in Late Capitalism”, Geografiska Annaler. Series B, Human Geography, Vol. 71, n° 1, p. 3-17.

Helms, M. (2015, 26 août), “Gilbert: 65 Rehabbed Homes Will Boost Detroit Values”, The Detroit Free Press, accessible à: http://www.freep.com/story/news/local/michigan/detroit/2015/08/26/quicken-home-depot-detroit-home-renovations/32393791/

Hollander, J. Pallagst, K. Schwarz, T. Popper, F. (2009), “Planning Shrinking Cities”, Progress in Planning, vol.72, n°4, p. 223-232.

Hollander, J. Németh, J. (2011), “The Bounds of Smart Decline: A Foundational Theory for Planning Shrinking Cities”, Housing Policy Debate, vol. 21, n°3, p. 349-367.

Jardonnet, E. (2015), “Lille 3000: Tout le monde se met en mode Renaissance à la rentrée”, Le Monde.fr, article en ligne publié le 21 mai 2015, page consultée le 21 mai 2015. URL : http://www.lemonde.fr/arts/article/2015/05/21/lille-3000-toute-la-ville-se-met-en-mode-renaissance-a-la-rentree_4638192_1655012.html

Jouve, B. (2003), « Gouvernance métropolitaine : vers un programme de recherche comparatif », Politique et Sociétés, vol. 22, n° 1, p. 119-142.

Kantor, P. (2007), “Globalization and the American Model of Urban Development: Making the Market”, Métropoles [Enligne], 1 | 2007, mis en ligne le 21 mai, consulté le 15 avril 2015. URL: http://metropoles.revues.org/68.

Kirkpatrick, L. Smith, M. (2011), “The Infrastructural Limits to Growth: Rethinking the Urban Growth Machine in Times of Fiscal Crisis”, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 35, n°3, p. 477-503.

Kirkpatrick, L. (2015), “Urban Triage, City Systems, and the Remnants of Community: Some ‘Sticky’ Complications in the Greening of Detroit” Journal of Urban History, vol. 4, n°2, p. 261-278.

Le Galès, P. (1995), « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, vol.  45, n° 1, p. 57-95.

Levine, M. (1987), “Downtown Redevelopment as an Urban Growth Strategy: A critical Appraisal of the Baltimore Renaissance”, Journal of Urban Affairs, vol. 9, n°2, p. 103-123.

Levitin, A. (2012), “Bankrupt Politics and the Politics of Bankruptcy”, Cornell Law Review, vol. 97, n°6, p. 1399-1459.

McGraw, B. (2015, 18 août), “Redesigning Detroit: Mayor Mike Duggan’s Blueprint Unveiled”, Mlive Michigan, accessible à: http://www.mlive.com/news/detroit/index.ssf/2015/08/redesigning_detroit_the_mayors.html#incart_related_stories

Midtown, Inc. (2015), Live Midtown Closed Dashboard, Report for the Live midtown Program.

Lewis, M. (2015, 22 juin), “Baltimore and Detroit Get Aggressive With Nuisance Properties”, Next City, accessible à: https://nextcity.org/daily/entry/baltimore-detroit-blight-vacant-houses-nuisance-abatement

Lobao, L. Adua, L. (2011), “State Rescaling and Local Governments’ Austerity Policies across USA, 2001–2008”, Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, vol. 4, n°3, p. 419-435.

Logan, J. Molotch, H. (1987), Urban Fortunes: The Political Economy of Place, Berkeley, University of California Press.  

Marwell, N. (2004), “Privatizing the Welfare State: Nonprofit Community-Based Organizations as Political Actors”, American Sociological Review, vol. 69, n° 2, p. 265-291.

McDonald, C. Kruth, J. (2015, 3 juin), “Foreclosures Fuel Detroit Blight, Cost City $500 Million”, The Detroit News, accessible à: http://www.detroitnews.com/longform/news/special-reports/2015/06/03/detroit-foreclosures-risky-mortgages-cost-taxpayers/27236605/

Mollenkopf, J. (1983), The Contested City. Princeton, NJ, Princeton University Press.

Muller, J. (2014, 29 septembre), “Gilbertville: A Billionaire’s Drive to Rebuild the Motor City”, Forbes, accessible à: http://www.forbes.com/sites/joannmuller/2014/09/29/gilbertville-a-billionaires-drive-to-rebuild-the-motor-city/

Muller, D. (2015, 27 avril), “Detroit Red Wings Arena Project Price Likely to Go Well Beyond $650 Million”, Mlive Michigan, accessible à: http://www.mlive.com/business/detroit/index.ssf/2015/04/detroit_red_wings_arena_projec_1.html

O’Connor, B. (2015, 28 juillet), “Detroit Area Housing Market among Nation’s Hottest”, The Detroit News, accessible à: http://www.detroitnews.com/story/business/2015/07/27/detroit-area-housing-market-among-nations-hottest/30747381/

Oswalt, P. Riniets, T. (2006), Atlas of Shrinking Cities, Ostfildern-Ruit, Germany, Hatje Cantz Verlag.

Paddeu, F. (2012), « Faire face à la crise économique à Detroit: les pratiques alternatives au service d’une résilience urbaine ? », L’Information géographique, n°4, vol. 76, p. 119-139.

Paddeu, F. (2014),  « L’agriculture urbaine à Detroit : un enjeu de production alimentaire en temps de crise ? », Pour, vol. 4, n° 224, p. 89-99.