Skip to content

Introduction Dissertation Philo Methode

1. La dissertation


1. 1. Analyser le sujet

• Surtout quand vous abordez un sujet de dissertation, faites-le autant que possible sans idée préconçue. Posez-vous vraiment la question posée par le sujet.

• Attention, la dissertation philosophique ne consiste pas à parler d'un thème mais à analyser une question précise se rapportant à ce thème.

• Quand vous découvrez un sujet de dissertation, demandez-vous toujours en premier lieu pourquoi la question vaut d'être posée.

• La première étape de la dissertation philosophique consiste à transformer la question posée en un problème philosophique.
Cette étape s'appuie sur l'analyse des termes du sujet.

• Quand vous analysez les termes du sujet, ne perdez jamais de vue le sens global de la question. L'analyse des mots importants doit aider à comprendre le sujet tout entier.

• Pour analyser le sens d'un mot important du sujet, vous pouvez faire appel, selon le cas, aux différents sens du mot, à des mots voisins ou encore au mot ou à l'expression contraire.

1. 2. Construire le plan

• Une dissertation de philosophie, c'est une discussion argumentée.
Attention à l'organiser, au moyen d'un plan, pour éviter qu'elle ne parte pas dans tous les sens.

• Quand vous établissez votre plan, ne perdez jamais de vue la question posée. Chaque partie doit s'y rapporter d'une manière ou d'une autre.

Un plan dialectique procède par thèse, antithèse et synthèse.
Vous exposez une affirmation qui constitue la réponse la plus spontanée à la question posée (c'est la thèse), puis vous montrez en quoi cette réponse peut être critiquée (c'est l'antithèse), enfin vous tirez des conclusions personnelles des deux premières parties (c'est la synthèse).

• Attention, une synthèse n'est pas un compromis entre deux thèses ; elle représente une nouvelle étape de la réflexion.

• Si, pour un sujet, vous ne pouvez opposer une thèse à une antithèse, alors choisissez le plan progressif : partez du point de vue du sens commun et affinez progressivement la réponse à la question posée.

• Une fois que vous avez fixé les différentes parties et sous-parties de votre dissertation, pensez à insérer, dans votre plan, exemples et références philosophiques.

1. 3. Rédiger le devoir

• Rédigez l'introduction et la conclusion au brouillon mais seulement après avoir construit votre plan détaillé, quand vous avez une vision claire du raisonnement que vous voulez tenir.

• La première phrase de l'introduction est souvent la plus difficile. Plutôt que d'utiliser une formule creuse du type De tout temps l'homme …, amenez la question à travers un exemple.
C'est dans l'introduction de votre dissertation que vous annoncez le plan de votre raisonnement ; mettez-y en valeur l'articulation logique des parties.

• Vous n'êtes pas obligés dans la conclusion d'ouvrir le débat ; vous pouvez vous contenter de rappeler le problème initial et montrer en quoi la réflexion a progressé.

• Les exemples sont souvent utiles dans une dissertation, ils permettent d'illustrer des explications onceptuelles ; mais attention ils ne peuvent tenir lieu d'arguments. Ne confondez pas dissertation et étude de cas.

• Pensez qu'un exemple bien choisi et bien analysé vaut mieux qu'une énumération d'exemples.

• Si vous utilisez une citation philosophique, n'oubliez pas qu'elle doit être exacte et attribuée à son auteur. Surtout pensez à montrer en quoi elle éclaire votre raisonnement.

• Attention à ne pas transformer votre dissertation de philosophie en une récitation de cours ou en un défilé de doctrines. Vous devez formuler la réponse à la question posée en des termes qui vous sont propres.

2. Le commentaire de texte


2. 1. Prendre connaissance du texte

• Lisez au moins le texte deux fois en entier pour déterminer son idée directrice. Faites attention, elle n'est pas forcément contenue dans la première phrase.

• Prêtez une attention particulière aux dernières lignes du texte.
Elles contiennent fréquemment une idée nouvelle qui permet de le comprendre sous un jour nouveau.

2. 2. Dégager sa problématique

• Une fois que vous avez déterminé l'idée directrice, relisez le texte en l'annotant de façon à repérer ses différentes étapes.

• L'étude du texte ne consiste pas à analyser tous les concepts mais uniquement ceux qui jouent un rôle central.

• Prenez garde, le commentaire de texte ne consiste jamais à répéter ce qui se trouve dans le texte.
Il s'agit de faire parler le texte, de dégager son implicite.

• La connaissance de l'auteur peut vous aider à mieux comprendre la problématique du texte.
Cependant ne transformez pas votre commentaire en un exposé doctrinal.

2. 3. Mettre en évidence son intérêt philosophique

• Qu'est-ce que dégager l'intérêt philosophique d'un texte ? C'est montrer la qualité de la réponse apportée par l'auteur au problème posé.

• Dans la dernière partie du commentaire de texte, vous pouvez introduire éventuellement une partie critique et prendre position par rapport aux thèses de l'auteur ; évitez cependant des jugements négatifs trop rapides.

© rue des écoles

L’introduction d’une dissert de philo se soigne ! C’est le premier contact avec le lecteur et le moment fondateur du devoir. Savoir quand et comment la rédiger est essentiel. Un correcteur connaît à peu près votre note rien qu’à lire votre introduction. Autant ne pas la bâcler.

Structure d’une introduction

  1. Accroche (facultatif)
  2. Définition des termes du sujet
  3. Mise en place de la problématique
  4. Annonce du plan

Il n’y a pas d’exception. Votre introduction doit comporter ces étapes, dans l’ordre indiqué. Votre correcteur cherchera ces différents moments dans votre texte. S’il ne les trouve pas, c’est que votre expression n’est pas assez claire ou structurée.

Revenir à la ligne à chaque étape est un excellent réflexe. Faire un paragraphe par étape montre que vous comprenez la méthode et savez structurer votre pensée. Cela facilite la lecture au correcteur, ce qui est toujours une bonne chose.

Certaines méthodes considèrent l’accroche comme un passage obligé. Je suis très dubitatif là dessus.

Certains professeurs disent (parfois) que l’annonce de plan est « facultative ». Mouais. Annoncer son plan montre que le devoir est maîtrisé : vous savez où vous allez et comment. L’annoncer au lecteur lui permet de comprendre la façon dont va s’organiser votre copie. Ne pas annoncer le plan sous prétexte de « suspense » est très périlleux. « S’il n’y a pas d’annonce de plan, c’est qu’il n’y a pas de plan » #truestory.

Quand rédiger l’introduction ?

Soit en premier, soit en dernier. On peut débattre sur la meilleure méthode. Dans tous les cas, l’introduction doit être en cohérence avec le reste du devoir. L’introduction… introduit… à la suite. Pas question d’annoncer un plan qui ne correspond pas à celui que vous avez réellement suivi. Pas question non plus de traiter une problématique autre que celle mise en place en intro.

Rédiger en dernier permet de rattraper des erreurs (plan non suivi, etc.). Cela donne une meilleure vision du contenu réel de votre devoir, avant d’en écrire l’introduction. Rédiger en premier rend la progression plus fluide, mais comporte des risques. Les deux solutions ne sont toutefois pas inconciliables. Cet article compare les avantages et inconvénients des deux choix.

Image : CC-BY calsidyrose, remixé par dicophilo